Connasse de Chef, Perversion Narcissique et Esprit Corporate !

Publié le par Cunégonde DeLaRoche

 

Dans ce monde politiquement correct, l’euphémisme, devise accréditée et officielle des démago à la langue de bois, foisonne à loisir…

 

Aussi, dans mon service, mon ancienne chef n’a pas été démise de ses fonctions, mais cordialement invitée à repenser sa carrière future sous l’angle d’une reconversion professionnelle forcée !

 

Sans fioriture :

 

« Ils  l’ont virée mais méchant ! C’était trop kiffant »

 

 

Non seulement, sa nuisance dans notre service n’est plus, mais sa force de frappe a été neutralisée dans le sens où son éviction fut synonyme de destitution. Désormais, ses caprices, sa mesquinerie et sa sournoiserie se seront plus légitimés par son statut de bourreau et seront même (je l’espère vivement) sanctionnés par sa désormais nouvelle responsable !

 

Fervente adepte du totalitarisme, elle avait instauré durant son règne, dans le service, un régime placé sous le signe de la suspicion, la délation, la restriction, la répression, l’intimidation, et autres concepts en « ion » !

 

Comme tout Napoléonados (contraction de l’Empereur de tous les Empereurs, j’ai nommé « Napoléon », et, « d’Afficionados ») en contrepartie, elle aimait à être le centre de l’attention : sa marotte était donc de se toucher le cortex (ou «Masturbation Intellectuelle» pour les puristes de la langue de Molière !) à la moindre occasion.  Avec l’éloquence d’un politicien et la théâtralité d’un comédien, elle transformait chaque réunion de service, chaque entretien individuel, chaque discussion de comptoir, chaque échange informel en tragédie antique/épopée dont elle était l’héroïne malheureuse ou victorieuse !

 

En substance, car il s’agissait (et s’agit toujours du reste !) d’une perverse narcissique, sa dichotomie se manifestait par un déséquilibre mental dont nous étions les dommages collatéraux ! Dommages collatéraux souffrant non seulement de son aliénation mais aussi de son incompétence ! Elle se gaussait de « capter que dalle » à l’activité qu’elle était censée encadrée, jouissant pleinement en simultanée des privilèges dus à son rang de Connasse de Chef ! Sa conscience professionnelle ne risquait pas de la rappeler à l’ordre puisqu’elle était dépourvue de tout scrupule !

 

Je passerais sous silence ses nombreux caprices farfelus et sa politique de management défiant l’entendement ! Le service n’ayant jamais connue pareille contre-productivité que sous son commandement !

 

Sous ses directives, un Havre de Paix tel Le Jardin d’Eden, irrévocablement, se transformerait en Zone de Non Droit ! Les Enfers en étant la parfaite illustration ! Mais qu’El Diablo se rassure, jamais elle n’ira le déloger ! Bah Non ! Pour mettre sur pied un putsch, faudrait déjà se sortir les doigts du fondement… Et étant une feignasse certifiée, ma Connasse de Chef, ne s’attaquerait jamais à un chantier d’une telle envergure !

 

Déjà qu’elle peinait tous les matins à faire son apparition dans le service avant 11h…pour mieux quitter le navire à 16, histoire de se remettre de sa pause déjeuner d’1h30…et pour bien évidemment encaisser 4 000 Euros Net tous les 25 du mois !

 

Moralité de cette histoire :

 

Moi aussi j’ai envie d’être une Connasse de Chef !

 

C’était Cunégonde DeLaRoche,

Qui se verrait bien Châtelaine ou un truc de ce genre  !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article