Crise Conjugale & Avis Convergents !

Publié le par Cunégonde DeLaRoche

 

Ce week-end, L’Elu et moi-même avons décidé d’innover en matière de joute verbale engueulatoire. Nous avons passé ces dernières 24h à nous en mettre plein la tronche à propos d’un sujet sur lequel nous étions à la base (et sommes toujours du reste) entièrement d’accord !

 

Je dois dire que c’est plutôt original de mettre à contribution ses cordes vocales pour :

 

-       surenchérir en plussoyant l’adversaire,

-       confirmer les propos tautologiques dudit adversaire

-       et avaliser les arguments pour une fois recevables (et non fallacieux) de ce même adversaire

 

le regard torve, la tempe au taquet et la répartie cinglante…

 

C’est particulier… Vous verrez !

Bon, je ne dis pas que vous réussirez du premier coup !

 

Je vais même être tout à fait honnête,  une telle performance ne peut être accessible aux profanes, novices et autres non-initiés de la confrontation couplatoire. Car, il faut tout de même que le couple ait un passif émotionnel assez chargé pour que l’engueulade soit garante de succès… Mais L’Elu et Moi-même, fraîchement diplômés d’un Doctorat ès Crise Conjugale, maîtrisons allègrement le sujet !

 

Et conséquemment, faisant tous deux preuve d’über pédanterie sur ledit sujet (n’est pas Docteur qui veut J !), dès que l’ombre d’une discussion enflammée se profile à l’horizon, tu penses bien Petit Lecteur que ni l’un ni l’autre ne manquons l’occasion de jouer les thésards dialectiques, acharnés et obstinés… La déformation (professionnelle ?) universitaire aidant, on s’est donc engouffrés dans la brèche, sans même avoir pris le temps de considérer le postulat de départ…

 

Postulat de départ qui peut se résumer de la manière suivante :

 

PUTAIN DE BORDEL DE MERDE, FAUT QU’ON VIVE ENSEMBLE INCESSAMMENT SOUS PEU PARCE QUE LA, C’EST PLUS POSSIBLE !

LA DISTANCE, CA COMMENCE A FAIRE VRAIMENT CHIER SERIEUX…

 

Ce n’est que quand Kitty(*) s’est mise à ronronner mais méchant que j’ai ordonné un cessez le feu immédiat, histoire que je me sustente un peu !

 

(*)Vulgairement parlant, cela se traduit par le fait qu’il n’est pas rare qu’en pleine discussion houleuse avec mon gars, qui me prend pourtant grave la tête, je suis capable d’avoir envie de baiser là-tout-de-suite-maintenant !

 

L’échange de sécrétions corporelles eu pour effet immédiat et bénéfique d’apaiser les tensions et donc de différer notre querelle à un moment plus opportun ! Genre, ultérieurement/extérieurement, en plein supermarché, au restau ou chez mes parents !

 

Car il faut savoir que nous avons la crise conjugale ostentatoire ! Oui, tant qu’à faire, quitte à se manquer de respect, autant le faire devant un auditoire et passer pour des cons devant ledit public improvisé spécialement pour l’occasion !

 

Bah oui, tant qu’à faire…

 

C’était Cunégonde DeLaRoche en train de peaufiner son réquisitoire/sa plaidoirie futur(e) !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article