En l'honneur de Ma Daronne...

Publié le par Cunégonde DeLaRoche

 

Franchement, je kiffe ma daronne (j’espère que ma sincérité ne fait nulle doute possible) mais quand par inadvertance je la laisse diriger les opérations quand nous conciliabons, je regrette toujours mon laxisme inopportun…

 

Ma mère souffre d’une propension (insupportable) à la soporification de sa narration (ma mère quand elle se met à anecdoter est le Marchand de Sable incarné !) qui fait qu’irrémédiablement, soit je finis par faire semblant de l’écouter, soit je finis par faire semblant de l’écouter !

 

Ma génitrice, j’aime donc exclusivement échanger avec elle :

 

-       Quand je vante mes qualités et qu’en contrepartie elle plussoie

-       Quand je narre mes péripéties « oh combien passionnantes » et qu’elle m’écoute d’une oreille active

-       Quand je lui dispense des conseils avisés

-       Quand elle me couvre altruistement de cadeau pour acheter mon amour inconditionnel et qu’en retour je lui offre modestement et humblement cet amour tant convoité… (Peu pas lui donner plus ! Suis fauchée…) 

D’ailleurs à ce propos, faut peut-être que j’évite toute médisance mal placée attendu que ma daronne occupe la double fonction ces derniers temps de « Banque de France » et de « Relai des Restaux du Cœur »… Pour le relai Emmaüs, je préfère sonner à une autre porte, ma mère ayant, comment dire, pour défaut (encore un) un Attachement et une Fierté irraisonné pour les vestiges désuets qui comblent son placard, vestiges qu’elle espère me voir revêtir incessamment sous peu…

 

Mais bien sûr ! (Et la Marmotte met le chocolat dans le papier d’alu…)

 

Ce n’est pourtant pas faute de lui avoir leitmotivé de manière récurrente « oh combien ses fringues étaient hideuses » ! Mais mon ascendante, tel un pitbull, ne connait pas l’expression « Lâcher Prise ! ». Doucement mais sûrement, avec parcimonie, elle tente de me léguer ses biens !

 

Une donation de ton vivant d’accord ! Mais des vieilles guenilles, quand même ! La notion de « Patrimoine », te dit quelque chose ou bien ? Nan parce que je sens bien que le concept d’aliénation de patrimoine te parait totalement sibyllin !

 

Donc si le cœur t’en dis Maman, je peux et de un, t’offrir mes services pour la rédaction de l’écrit officiel qui fera de moi ta légataire universelle en plus de ton héritière réservataire et de deux, prendre rendez-vous chez un notaire afin que ce dernier acte ledit document sous seing privé ! Car mieux vaut la présence d’un tiers spécialisé pour s’assurer que la transmission de mon futur patrimoine se fasse dans les règles de l’Art !

 

Je profite du présent paragraphe qui m’est offert pour m’excuser auprès de tous les juristes de France et de Navarre pour le méli-mélo juridique dans lequel je vous ai embarqué (vous et les non-initiés) et vais donc là-tout-de-suite-maintenant rectifier l’assertion ci-dessus : l’acte ne sera pas sous seing privé mais notarié dans la mesure où comme l’acte notarié l’indique, présence de notaire il y aura !

 

(Google est ton ami si d’aventure tu souhaitais, Petit Lecteur, de plus amples informations dans le domaine juridique ! Parce que bon, faut bien l’avouer, mes connaissances dans le domaine sont quelques peu rudimentaires !)

 

Bon, c’est pas tout ça, mes amis, mais je dois aller faire mes courses ! Le frigo est affamé !

 

-       Dis-moi Maman, mes sacs de courses sont prêts ? Ouais t’inquiètes, je te paierai (la prochaine fois quand à la St GlinGlin les poules auront des dents la semaine des quatre jeudis!)

 

Bah quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit ?

 

C’était Cunégonde DeLaRoche qui s’interroge sur le bien-fondé d’être assaillie ou non de scrupules… Et en fait bah, les scrupules, c’est bien naze…

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article