Vie de Merde, Loi de Murphy et Boulets...

Publié le par Cunégonde DeLaRoche

 

A journée entière je suis sur le site Vie De Merde.fr et sur celui de son homologue anglophone…

 

Peu importe la véracité des anecdotes, je me gausse des situations incongrues et abracadabrantesques dans lesquelles les internautes se sont empêtrés ou auraient très bien pu s’empêtrer et auquel cas, je salue l’imagination de certains affabulateurs !

 

J’aime savoir que les merdes arrivent aussi aux autres !

 

Ce n’est pas tant que la Loi de Murphy m’est prise pour cible, mais inexorablement, ma destinée croisera celle d’un boulet ! Boulet qui revêt systématiquement la forme d’un bipède à trois jambes, dont le moignon du milieu ferait mieux de rester tranquille !

 

Putain, mais des fois, j’ai envie de dire :

 

« Mais ta gueule, Connard »

 

Je ne compte même plus le nombre d’abrutis qui, dans l’espoir de me serrer, ne se présentait pas limite  sous le petit sobriquet tout-mignon-tout-plein de leur grille de salaire mensuel ou de leur caste élitiste.

 

 

-       Bonjour, je m’appelle 3 000 € / mois et/ou Fils de Diplomate

 

 

Après les avoir gentiment éconduits, il était d’usage que mes prétendants –pour donner du crédit à leur petite personne- tentent de me faire miroiter je-ne-sais-quoi en m’avouant (à demi-mot ?) que j’étais une « petite veinarde ».

 

Petite veinarde dans le sens où bon nombre étaient celles qui se seraient damnées pour recevoir leur amour en gelée, mais qui faite de prestance/beauté/charisme/intelligence et patati et patata… se voyaient refuser le droit de cuissage par sa majesté !

 

« Nan mais sérieux, qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Tant mieux pour toi que tu disposes d’un panel de groupies aveugles, sourdes, muettes et connes… Car manifestement, pour te courir après, elles ne doivent pas posséder toutes leurs facultés ! Donc dis-toi bien que MOI n’étant absolument pas estropiée de mon intégrité ni sensorielle, ni intellectuelle, tu penses bien que je te sommets d’aller voir ailleurs si j’y suis !

Et je peux t’assurer que j’y suis ! Nan mais en plus de ça, t’as vu ta gueule ? Tu crois vraiment qu’entre TOI + MOI (Ta Gueule Grégoire !) y’aura coït ? »

 

Pfff…

 

Certains téméraires (les plus casse-fouilles donc !) prenaient même l’initiative en amont d’apprécier la cavité de mes fossettes (aux dires de mes amies, mes « pitites fossettes » sont tout simplement à croquer !), et, dès lors, mon discours devenait un chouïa plus véhément. Je ne lésinais pas sur les « Nan mais sérieusement, je te trouve trop moche… » « T’as trop une sale gueule ! » « Tu ressembles à rien ! » ou « Mon pauvre, t’as vraiment pas de gueule ! Qu’est-ce que tu crois que tu vas bien pouvoir serrer à part ton engin à main nue ? »

                                                                                             

Si la connerie du type souffrait d’une surcharge pondérale obstinatoirement casse-burnes, je jouais les michetonneuses et le dépouillait de quelques euros pour étancher ma faim ou ma soif ! Et en retour, pour lui témoigner toute ma gratitude, je lui refilais mon faux numéro fétiche ou un rencard postiche que je prenais bien évidemment bien soin de ne pas honorer !

 

Quand par imprudence, il se fendait d’un appel –auquel cas cela signifiait qu’une balance de mon crew avait été soudoyée et qu’elle allait cher le payer- je l’enjoignais vivement à aller se faire mettre !

 

Et si le concept du foutre lui échappait et qu’il commençait à se montrer un peu trop intrusif dans ma life avec ses appels incessants, je le menaçais alors de porter plainte pour harcèlement !

 

Non mais oh !

 

Faut pas me faire ch*** !

 

 

C’était Cunégonde DeLaRoche,

le séant sur le trône, qui se réjouit à nouveau du Malheur d’Autrui,

en surfant sur ledit site avec son smartphone…

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article