Chieuse vs Chieuse...

Publié le par Cunégonde DeLaRoche

 

Je pense m’être assez étendue sur le sujet ici ou rapport au fait que mon gars, « L’Elu » fait sa meuf en ce moment. Non seulement, il fait sa chieuse, mais en plus de ça il est perpétuellement en période pré & menstruelle. Je suppute même l’hémorragie menstruationnelle en raison du point de non retour qu’il tente vaillamment d’atteindre. Je vais finir par lui ligaturer les trompes à coup de hache rouillée (hum vive le tétanos !) ou de ciseaux de manucure élimés…

 

Il est vraiment, on peut le dire, « chiante » en ce moment. Une pucelle à la voix de crécelle, bouffant de la civelle par les aisselles dans l’expectative de rouler sa première pelle, à côté de mon gars, je vous promets, c’est de la pisse de matou, de l’urine de GrosMinet ou du pipi de félin en miniature…

 

Sérieux, « L’Elu » ces derniers jours, est une véritable hystérique bonne à faire enfermée !

 

Et que j’te pète une crise par-ci, et que j’te fasse la gueule par-là, et que j’me venge de ce côté-ci et faire du boudin de ce côté-là ! Si j’avais préméditer que m’amouracher de lui reviendrait à m’amouracher de MOI, je serais restée avec Le Challenger ! Lui au moins, je savais pourquoi il m’irritait : sa couillasserie transcendante ne faisait pas un pli !

 

Mais « L’Elu », lui, me perturbe à adopter les codes de la gente féminine ! Et tant qu’à faire, autant n’adopter que les travers de ladite gente pour les cumuler avec ceux de la gente opposée. Histoire d’être un bon crétin doublé d’une chieuse sans nom !

 

[…]

 

Voila j’ai trouvé, sa connerie est hermaphrodite…

 

Mon Dieu, je fornique avec un être hybride, mi SuperCon/mi SuperConne ! Si descendance il y a, je risque d’enfanter un(des) monstre(s). Qui n’aura(ont) pour seuls repères, une mère siphonnée du cortex (on est d’accord, on ne peut pas dire que Cunégonde DeLaRoche soit saine d’esprit !) et un père qui ne sait pas trop s’il doit taper sa gueulante version masculine ou version féminine !

 

Au risque de vous retrouvez inculper pour non assistance en petit monstre en danger, je vous invite donc à composer de suite le numéro des sévices, pardon, services sociaux afin qu’ils interviennent en amont. Vous ne pouvez décemment pas laisser pareille infamie se produire !

 

Ou alors, je vous en tiendrais pour personnellement responsables si dérives descendantales il y a ! Je vous aurais prévenus. Vais certainement pas vous lâcher avant d’avoir obtenu quelconque dédommagement pour préjudice moral collatéral ou autre préjudice fallacieux ! Tant qu’il y a du fric à se faire, je suis preneuse !

 

 

C’était Cunégonde DeLaRoche en plein délire psychotique !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article